7 ans après le séisme , 47,000 personnes vivent toujours dans des camps

Suite au séisme de janvier 2010, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a entrepris la mise en place d’un système de suivi des personnes déplacées dans les camps en Haïti, nommée Matrice de Suivi du Déplacement (DTM en anglais) en partenariat avec le Gouvernement d’Haïti, à travers la Direction de la Protection Civile. Il s’agit d’un outil destiné à suivre les mouvements des personnes déplacées et à fournir des informations sur les conditions de vie dans les camps et sites d’hébergement.

La dernière DTM publiée par l’OIM fait état de 12,001 ménages soit 46,691 personnes résidant dans des camps et/ou sites d’hébergement en Haïti ; 31 sites de déplacés demeurent ouverts et 45% de ces sites se composent principalement de tentes (14 sites, 5,241 ménages, 20,313 personnes), 55% de ces sites (17 sites, 6,760 ménages, 26,378 personnes) se composent principalement d’abris transitoires (T-Shelters) et aucun site n’a fermé entre le 1er octobre et le 31 décembre 2016. Des activités relatives aux programmes de subvention au logement sont présentement en cours sur 2 sites à Delmas.

Au 31 décembre 2016, les trois communes ayant la population déplacée la plus importante sont :

1. Delmas: 5,659 ménages soit 18,950 personnes ;
2. Croix-des-Bouquets: 2,474 ménages soit 10,806 personnes ;
3. Léogâne: 806 ménages soit 3,277 personnes.

Au 31 décembre 2016, les quatre (4) communes ayant le nombre le plus élevé de sites hébergeant des personnes déplacées sont :

1. Delmas: 9 IDP sites ;
2. Léogane: 6 IDP sites ;
3. Croix-des-Bouquets et Tabarre: avec 5 sites chacun.HL

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *