Politique du carnaval : Jovenel Moïse est tout simplement mal conseillé

POLITIQUE DU CARNAVAL : JOVENEL MOISE EST TOUT SIMPLEMENT MAL CONSEILLE…

Par Pradel Henriquez 
Le nouveau président élu Jovenel Moise décidé qu’il y aura cette année le carnaval national aux Cayes, dans le Sud dHaiti, cette année 2017. Etc…
Lorsque Michel Martelly a pris cette mesure en février 2012, d’organiser le carnaval aux Cayes, le contexte socio- politique global était bel et bien différent que ce que nous vivons actuellement en Haiti.

Déjà par exemple , avant l’ouragan Matthew qui a massacré en 2016, presque tout le grand sud, on pouvait compter en février 2012, sur la ville des Cayes comme centre du carnaval et aussi sur les villes avoisinantes , peripheriques, Port Salut notamment avec ses infrastructures hôtelières et touristiques) comme sites para logistiques, d’accueil et de decongestion du centre carnavalesque.

Michel Martelly lui- même natif du Grand Sud, malgre le débat à l’epoque de sa nationalité americaine supposée, avait par ailleurs, on dirait, toute une dette envers le Sud qui avait spectaculairement contribué à son élection en avril 2011. La mesure prise en 2012 , on s’en souvient bien, n’était pas… sans provoquer des incidents majeurs , sur la stabilité même de la capitale, Port au Prince, ou des groupes encadrés visiblement par le Sénateur Steeven Benois, un passionné de carnaval, avaient alors décidé eux aussi, de manifester violemment durant les jours gras aux Cayes. Puis d’agir afin d’empêcher que les cortèges officiels et les délégations en general , au lendemain du carnaval des Cayes, puissent retourner dans la capitale après les festivités carnavalesques.

J’étais aux Cayes, moi, c’était la panique. C’est à ce moment la , que Michel Martelly, des Cayes étant, et pour calmer le jeu, a donc pris la décision d’annoncer le fameux carnaval des fleurs à la Capitale. Bref. Pas de doute que le carnaval des Cayes était une réussite, un vrai succes organisationnel, artistique et logistique, mais la decision politique était strictement émotionnelle. Un peu comme Jacmel a gardé jalousement son carnaval, la ville des Cayes aurait dû, aurait pu faire autant, puisque c’était a n’en pas douter un événement culturel majeur pour le Sud , mais aussi, l’occasion d’un veritable réveil économique.
Jovenel Moise même pilote par Michel Martelly , n’a rien à voir avec la grâce qui a été faite a Michel Martelly, l’enfant gaté de notre politique cobtemporaine qui a passe sa vie a improviser et  à deconstruire nos institutions en tant que président de la république avec tous les scandales qu’on lui connait lors de son mandat présidentiel, il est bien vivant sous nos yeux…comme tous les autres.

Improvisation, blanchiment, massacre des participants au carnaval national, c’est des milliards qui sont gaspillés pour un carnaval qui n’a en fait aucune suite.

Dans quel cadre politique et technique monsieur Jovenel Moise, a t il pris cette décision de refaire l’exploit de la politique du carnaval de Michel Martelly.

Le nouveau président élu, a t-il déjà une politique générale de son premier ministre non encore déclaré, dailleurs. Quelle est sa politique culturelle. Quelle est sa politique sous sectorielle du carnaval , en dehors, cette fois, de tout cadre emotionnel tel que son mentor, Michel Martelly, a géré ce pays et on a failli toutes et tous, en payer le prix. On en paie encore le prix.
HAITI risque une fois de plus, si Jovenel Moise ne se décide pas a rectifier le tir de ses prédécesseurs, Haiti risque de gaspiller ses 5 prochaines années avec Un Jovenel Moise qui n’écoute pas, qui dirige sans un bon système de conseillers, un Jovenel Moise qui improvise, qui agit en dehors de la loi, et hors de tout cadre politique de developpement.

SANS OUBLIER, l’urgence de tenir compte des politiques sectorielles, sous sectorielles, et d’entamer enfin, au moins timidement, la marche vers une decentralisation rationnelle. Car, amener le carnaval national aux Cayes, de cette manière, l’amener au Cap Haitien, aux Gonaives, de cette manière, c’est créer un fosse regrettable, cest se destabiliser systematiquement sans possibilité de recours, cest un suicide politique et collectif.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *