17-18-19 février : Gonaives réussit son Carnaval de l Indépendance!

Haïti/Festivités carnavalesques : Carnaval de l’Indépendance aux Gonaives, troisième et dernier jour-gras réussi. Les établissements scolaires chômeront lundi.

Gonaives, 19 février 2017 ((rezonodwes.com).- La Cité de l’Indépendance, avec ses larges rues du centre-ville géométriquement bien tracées, depuis la Colonie, a offert pour la deuxième fois, en moins de 3 ans, un parcours de festivités carnavalesques réussies. Tout au moins jusqu’à dimanche après-midi, a constaté un riverain joint au téléphone par Rezo Nòdwès.

Le « Carnaval de l’Indépendance », au samedi-gras (mot nouveau cette année), a connu les vibrations de Masse-Konpa du Sénateur Gracia Delva dont le char qui longeait la Rue Toussaint Louverture jusqu’à la Rue Fabre Geffrard, a traîné une foule immense derrière lui. Cette initiative d’organiser le « Carnaval de l’Indépendance » en simultanéité avec la ville de Jacmel, a été prise par l’administration communale de la Cité de l’Indépendance avec comme maire titulaire, le frère du président de l’Assemblée nationale, Sénateur Youri Latortue.

Contrairement au « Carnaval National 2014 » où tout était « made in Port-au-Prince » et imposé aux Gonaiviens, le secteur privé de la ville a largement collaboré, a appris Rezo Nòdwès, à la réalisation de ces réjouissances populaires pour lesquelles les ampoules ont grillé chez les particuliers 24 heures sur 24 et des puissants projecteurs installés sur tout le parcours carnavalesque. Pour l’outillage, du marteau aux clous des planchers jusqu’à la toiture des reposoirs communément appelés « stand », les quincailleries des Gonaives ont été visitées. Les « petits commerces », au soir des trois jours-gras, se démènent pour tirer d’affaire d’un événement rarissime.

Le long parcours des 3 jours-gras (vendredi à dimanche) part du quai de la ville pour y revenir tard, après un trajet de plusieurs heures en longeant la Grand’Rue, l’Avenue Lamartinière (Commissariat Départemental) et la Rue Fabre Geffrard, pour fermer le circuit. L’animation assurée par des Djs de la capitale, des groupes à pied traditionnels (Staff Band)…ont donné toute la mesure d’eux-mêmes pour égayer la foule dans un pays où il est rare de voir ces genres d’activités boudées, en dépit d’un chômage chronique qui affecte la population.

Quatre types de « stand » regroupés beaucoup plus vers le « sprint final » ou ligne d’arrivée, sont constatés. Un, érigé pour les membres de la presse locale et nationale, plusieurs appartiennent au secteur privé et commercial, quant aux Députés de la circonscription des Gonaives et avoisinantes et Sénateurs de l’Artibonite, respectivement, se sont offerts des reposoirs où les boissons coulent à flots et des petits plats bien servis.

La ville des Gonaives, à bon compte, est sur le point de réussir « son Carnaval » au même titre que les Jacméliens et met les Cayens dans l’expectative de réussir le leur, dimanche prochain. Et que dire des Port-au-Princiens avec leur Champ-de-Mars dont la réputation n’est plus à faire pour l’organisation du Carnaval National, jusqu’ avant l’arrivée de PHTK qui met le pays en « ambiances réglées et éparpillées » jusqu’ à inviter le peuple haitien à venir danser sous les ruines de l’Ouragan Matthew.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout, foule et plein air

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *