Basket – NBA – Les matches de la nuit du 16 au 17 mars

Neuf matches sont au programme de la nuit de mercredi à jeudi, en NBA, avec plusieurs affiches alléchantes : Boston-Oklahoma City, Houston-L.A Clippers ou Cleveland-Dallas. Les Warriors tenteront quant à eux de décrocher un 50e succès d’affilée à domicile.

L’affiche à ne pas manquer : Boston-Oklahoma CityPlusieurs duels auraient pu prétendre au statut d’affiche de la nuit, mais celui entre le Thunder et les Celtics s’annonce particulièrement indécis. Il mettra en effet aux prises deux équipes diamétralement opposées (d’un côté, OKC et ses deux superstars Westbrook-Durant, de l’autre, Boston et son équipe sans franchise player), jamais fastidieuses, toujours imprévisibles.

Les pensionnaires du Garden sont la plus belle surprise de la saison : 4e à l’Est, ils s’apprêtent à se hisser pour la deuxième année consécutive en play-offs, sans que l’effectif ne compte la moindre star. Comment les Boston Celtics réussissent sans starLa franchise de l’Oklahoma, elle, continue de varier entre le très bon et le très frustrant : tantôt rouleau compresseur en attaque, le collectif de Billy Donovan a toujours autant de mal à conclure dans le money time, notamment face aux cadors de la ligue.

Le partage des responsabilités entre Durant et Westbrook est un sujet de débat plus que jamais d’actualité, et la baisse de régime de Serge Ibaka évident. Un succès face au collectif très bien rodé des Celtics ferait du bien au moral des troupes, à un mois des play-offs. FlashbackC’était le 17 mars 1974 : Lors de la victoire au Garden sur les Capitals Bullets (129-103), Boston collecte 61 rebonds défensifs.

Quarante-deux ans plus tard, le record tient toujours. Les Français à suivreLes deux joueurs français les plus en forme du moment s’affrontent cette nuit : Evan Fournier (Orlando), qui vient d’égaler son record en carrière face à Denver, se déplace en effet sur le parquet de Charlotte, où Nicolas Batum est en train d’assurer une place en play-offs aux Hornets. Du reste, difficile à dire si le déplacement à Golden State est un avantage ou un inconvénient pour Kevin Séraphin (New York), qui n’a généralement droit à quelques minutes de jeu que dans le garbage time.

 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *