Voilà l’histoire de l’enfant perdu à l’église Shalom en détails

Avec Loop Haiti

Le dernier rebondissement de l’affaire Fabrina Sifois, le bébé perdu à une veille de nuit Shalom Tabernacle de Gloire depuis le 23 février dernier, parait incompréhensible et confus.

Pour mieux comprendre, il faut remonter au 5 mars 2018. Désorientée depuis après plusieurs semaines de recherches, Jésula Sifois se présente sur le plateau de Caraïbe FM pour raconter les faits et dénoncer du même coup les responsables de l’église Shalom Tabernacle de Gloire qui auraient tout fait pour étouffer l’affaire.

Le commissaire du gouvernement, Me. Ocname Daméus et le sénateur Jean Renel Sénatus, à la surprise générale, dressent leur costume de super héros. Le lendemain, 6 mars, ils se dirigent à Delmas 31 et ramènent un bébé à Jésula qui le prend sans broncher.

Reçu à Loop Haïti, le sénateur de l’ouest a expliqué qu’une source anonyme l’avait appelée pour l’informer qu’une dame cachait l’enfant chez elle. « Elle a indiqué qu’un parent avait remis l’enfant au milieu d’une veille de nuit à la Shalom Tabernacle de Gloire. Mais, on dénote une première incohérence entre le récit de Jésula Sifois et celui de Jean Renel Sénatus. Le bébé de Jésula a été perdu le 23 février tandis que celui-ci serait retrouvé le 12.

Jésula Sifois n’est pas la mère de l’enfant

C’est l’autre fait à éclaircir dans ce dossier. Jésula Sifois se présente à tous les micros des médias comme la grand-mère de l’enfant. Sa mère serait une mineure de 17 ans que Jésula Sifois présente comme sa fille. « Elle souffre de troubles mentaux » nous dit Jésula Sifois qui se présente, elle et son mari, comme les responsables de cette famille élargie.

L’étrange découverte

Lorsqu’elle a rapporté l’enfant chez elle, les voisines de Jésula Sifois l’ont fait remarquer que l’enfant n’était pas le bon. Deux jours plus tard, la belle-mère de Jésula Sifois (la mère de son mari) est revenue d’un court séjour à la Croix-des-Bouquets et tient le même discours que les riverains du quartier.

« Les oreilles de Fabrina étaient percées des deux côtés, sa peau était très claire et elle était moins âgée » relève-t-elle comme points de différence entre le bébé remis et son arrière-petite-fille. Le père de Fabrina, revenu de son exéat peu après les retrouvailles du bébé, réclame sa petite fille.

Douche froide pour les autorités   

La nouvelle est tombée comme un coup de massue sur la tête du commissaire du gouvernement et du sénateur de l’ouest. Contacté par Loop Haïti, Jean Renel Sénatus qui a intervenu dans plusieurs médias depuis son exploit avorté a renvoyé la balle à Ocname Daméus et à la presse.

« Cette responsabilité revient à Me. Daméus qui doit vérifier l’état mental des membres de la famille […] » explique Jean Renel Sénatus qui fait croire que la presse est aussi complice dans le dossier. Les responsables de l’église Shalom qui criaient victoire après l’opération du 6 mars ne se sont pas manifestés après les dernières nouvelles. Il faut aussi rappeler qu’ils n’ont jamais voulu répondre aux questions de la presse.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *