La RD enlève les $150 additionnels sur le visa pour les Haïtiens

Peu loquace depuis son arrivée à la tête de l’Assemblée nationale le 9 janvier 2018, le sénateur du Sud-est Joseph Lambert a obtenu gain de cause auprès des autorités dominicaines sur la question des frais supplémentaires pour l’obtention du visa dominicain en Haïti.
« Je salue la décision du Président Danilo qui a répondu favorablement à ma démarche. Son administration est en effet revenue sur la décision d’augmenter de 150$ le coût du visa accordé à nos compatriotes Haïtiens. Je suis satisfait d’avoir conduit cette délégation parlementaire », a-t-il écrit sur Twitter, dimanche 1er avril.

Février dernier, les autorités diplomatiques dominicaines avaient augmenté le prix des visas pour les ressortissants haïtiens. Pas moins de 150 dollars ont été ajoutés sur le prix initial qui était de 230 dollars, auparavant. Depuis, le ministre conseiller au consulat général de la République Dominicaine à Port-au-Prince, Antonio Cuevas Pérez avait tenté d’éclairer la lanterne de plus d’un, mais ses explications n’avaient pas apporté les effets escomptés. Ainsi, les Haïtiens ont entrepris une manifestation pour exprimer leur mécontentement.
2 février dernier, le sénateur Joseph Lambert et le député Gary Bodeau, respectivement président et vice-président de l’Assemblée nationale, ont pris la tête d’une délégation qui a fait le voyager vers la République voisine. Au cours du périple, ils ont rencontré des officiels dominicains, notamment le président Danilo Medina.

« Nous avons entendu le cri de nos étudiants. Nous avons également entendu celui des commerçants », clame le parlementaire Sud’Est dans la presse haïtienne ce lundi 2 avril.
L’ancien conseiller de l’ex-président Michel Martelly soutient que cette décision fait suite à des pourparlers engagés auprès du président dominicain Danilo Medina lors du récent voyage de la délégation haïtienne en territoire voisin.
« Nous avons plaidé la cause auprès du président Danilo Medina. Il avait compris, et il nous a fait des promesses », ajoute le grand manitou de la politique haïtienne.
Cette mesure entre en vigueur depuis le 29 mars dernier, mais le premier des parlementaires avait préféré la voie du silence. « Pour des raisons de discrétion, les engagements pris par le président dominicain auprès du président Gary Bodeau et moi-même, n’ont pas été rendus publics en attendant que les démarches aboutissent », révèle-t-il.
« Une note a été adressée au Ministère des Affaires Étrangères du gouvernement dominicain, et le président Danilo Medina m’a également écrit personnellement ».
Le chef de l’Assemblée Nationale affiche un satisfecit de la retombée des échanges avec le premier citoyen de la république voisine. « Nous sommes sortis satisfaits de cet échange. Nous rendons de plus en plus effective ce que je pourrais appeler la diplomatie parlementaire ».
Kepsen MONESTIME

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *