Haïti-Carburant: Que veulent vraiment les syndicalistes?

Haïti-Carburant: Que veulent vraiment les syndicalistes?
Par Jonas Dorisca

Un véritable jeu de ping pong se fait entre le gouvernement et les syndicats engagés dans les discussions autour d’une éventuelle augmentation de l’essence à la pompe, des discussions qui vont de proposition en proposition et de rejet en rejet…

Pour la troisième journée, ce jeudi 11 mai, le gouvernement a proposé une augmentation de 87 gourdes sur le gallon de la gazoline, 80 gourdes sur le diesel et 70 gourdes sur le kérosène.

Si les « pongistes » des syndicats de transport en commun ont, comme d’habitude, rejeté la proposition du gouvernement, ils ont par ailleurs revu la leur à la hausse, passant de 20 à 25 gourdes sur le gallon de la gazoline, de 15 à 20 gourdes sur le diesel et gardant les 15 gourdes qu’ils avaient proposées sur le kérosène.

Les discussions vont se poursuivent. Assurément. Et le gouvernement, en grand marionnettiste, va probablement retirer quelques gourdes de sa dernière proposition. Décroissance mesurée.

Mais jusqu’où iront-ils les syndicalistes, dans ce jeu de proposition, contre-proposition et de rejet? Vont-ils poursuivre leur ascendante marche jusqu’à arriver probablement à une proposition de 50 gourdes, voire davantage?

Plus d’un expriment déjà des suspicions sur la veritable intention des syndicalistes qui sont sensés défendre la population, laquelle, dans son écrasante majorité, voire d’un très mauvais œil une augmentation du carburant, dans un contexte socio-économique des plus précaires. On estime donc qu’il est à craindre une collusion entre les deux parties.

Une affaire à suivre.

Jonas Dorisca

Crédit photo: Journal le National

Comments

comments