Le parquet de Port-au-Prince exige une caution de 100 millions de gourdes pour libérer Eustache St-Lot

Plusieurs milliards des fonds de PetroCaribe volatilisés sous le régime de Michel Martelly donc 1.5 millions de caution pour libération provisoire de Eustache St-Lot, n’est rien. Déclaration de Danton Léger.

Environ 1.5 millions US, soit presque 100 millions de gourdes, à verser au Parquet de Port-au-Prince par les avocats de M. Eustache Saint-Lot du BMPAD pour recouvrer sa liberté provisoire. Ce montant, selon le Commissaire Danton Léger qui vient d’être également promu au CSPJ, devrait être déposé sur un compte à la DGI. Cette somme qui ne pouvait pas être complétée, l’obligeait à garder Eustache St-Lot en garde à vue, vendredi dernier, car le détenu ne pouvait verser que pas plus de 300 mille gourdes.

Monsieur Léger qui a déclaré prendre d’autres dispositions dans les prochaines heures, sur le dossier Saint-Lot, dit vouloir contraindre l’ex-ministre Wilson Laleau à venir « confronter l’ex-directeur de BMPAD ». Il y a une nécessité impérieuse d’affronter les deux hommes, a martelé le Commissaire qui révèle que des explications doivent être fournies sur une « Résolution spéciale de l’Ed’h ».

D’après Danton Léger, interviewé par Marie Lucie Bonhomme de Vision 2000, lundi matin, MM. Laleau et St-Lot ont pour obligation de fournir des détails supplémentaires sur plusieurs centaines de millions de dollars volatilisés des fonds de PetroCaribe. Il a rappelé durant l’audition de Laleau, ce dernier ne cessait de le référer à St-Lot pour plusieurs questions non répondues.

Avant la mi-journée, M. Saint-Lot sera penché sur son sort. Il y va de Wilson Laleau d’accélérer le processus de sa relaxation en se présentant ce lundi au Parquet pour « une confrontation nécessaire et impérieuse ». Dans le cas contraire, toujours selon le chef du Parquet, un ordre d’amener pourrait contraindre Laleau à se plier à l’invitation de venir éclairer la justice sur un dossier instruit.

Le dossier de « Résolution spéciale de l’Ed’h » est gravissime, a pesé sur ses mots le Commissaire qui va inviter des membres de l’Ed’H à venir eux aussi s’expliquer sur le dossier.

En fin de compte, l’ex-directeur de BMPAD pourrait voir « la saisine de son dossier par le cabinet d’instruction » avant la fin de la journée dans le cas où la confrontation avec Laleau n’a pas lieu ou encore la caution de libération exigée n’est pas toujours complétée.

Rezonodwes / cba

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *