Obed Lamy: L’hôpital est dans la rue, nous sommes tous malades

Par Obed Lamy

Mais au delà de la photo et en verité, cette autre grêve des medecins nous donne une panoplie d’élements d’analyse et de questionnement de notre société, quand on l’observe de près ou de loin et quelque soit notre position.

Ce vendredi midi, alors que de grosses gouttes de pluie imminentes s’acharnaient dans le ciel gris de Port-au-Prince, je suis tombé comme par hasard sur ce geste -les médecins s’emparant des lits des malades à barrer la route qui a interpellé immédiatement mon bon sens (la chose du monde la mieux partagée, aux voeux de Descartes).

Je rentrais chez moi en courant, parmi la foule de piétons et les folles véhicules. Les médecins, en blouses -toutes n’etaient pas bien blanches, je persiste- étaient en train de plier bagage après une demi-journée « debout » dans les parages de l’Hopital Général. Sans hésiter donc, en cinq secondes, jai photographié cet instant choc à l’aide de mon smartphone (l’image ne saurait être d’une bonne définition quand la caméra n’est pas de qualité. Vous pardonnez mon aussi amateurisme). Et pendant de longues heures je lisais encore et encore le cliché-volé, comme à une méditation spirituelle, pour réussir à m’entendre sur une interprétation parmi toutes celles qui hantaient mon esprit, valsant entre frustration et insouciance.

Pendant ce temps, la pluie tombe de toute sa rage, et mes émotions passent comme ces torrents d’eaux sales qui serpentent les rues de la capitale. Et puis, j’ai decidé de partager la photo toute crue, ici. Libre était/est donc chacun de lui prêter son propre sens, tout comme libre est chacun de coller sa propre vision au monde.

Pour ou contre la grève des medecins? Que le débat continue, si débat il y en a en tout cas et si cela doit servir à quelque chose! Mais entre-temps, qu’on ne l’oublie surtout pas: il y a les malades à soigner, les salaires des medecins à augmenter, des materiels à procurer aux hôpitaux.

Obed Lamy

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *