Haïti-Élections : La cheffe de la Moe Ue, Elena Valenciano s’en lave les mains

P-au-P, 8 juin 2016 [AlterPresse] — Suite à l’annulation du premier tour de la présidentielle controversée de 2015, l’Observatrice en cheffe de la Mission d’Observation électorale de l’Union européenne (Moe Ue), Elena Valenciano déclare que « les conditions ne sont plus réunies pour la continuation des travaux la Moe Ue ».

Dans une déclaration en date du 8 juin, transmise à AlterPresse, elle souligne que la décision finale de suivre le processus électoral revient maintenant à la haute représentante de l’Ue pour les affaires étrangères et vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini.

Elle invite les autorités haïtiennes à déployer tous les efforts pour sauvegarder le cadre institutionnel en place.

Cette action est importante « afin de reconnaître l’engagement civique des haïtiens qui se sont rendus aux urnes, en démontrant ainsi leur volonté d’avancer dans la construction d’un pays démocratique et juste », ajoute-t-elle.

Ce sont des valeurs auxquelles nous restons particulièrement attachés, poursuit Valenciano.

Déployée en Haïti depuis juillet 2015 pour observer les législatives, municipales et le premier tour de la présidentielle d’octobre 2015, la Moe UE avait conclu que celles-ci étaient globalement conformes aux normes internationales, en dépit d’un certain nombre de failles et d’irrégularités observées.

Celles-ci, selon elle, n’étaient pas de nature à altérer les résultats dans leur ensemble.

La mission s’en est prise au travail de la Commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale (Cieve) qui, dit-elle, comporte de nombreuses faiblesses factuelles, légales, conceptuelles et méthodologiques.

« Les conclusions principales de la Cieve se fondent essentiellement sur l’analyse des procès-verbaux de carence et les listes d’émargement ».

Le rapport de la Commission a été favorablement accueilli par divers secteurs socio-politiques qui réclamaient une vérification des scrutins de 2015, jugés frauduleux par des organisations d’observation électorale nationale.

Certaines recommandations de la Cieve, comme la reprise de l’élection présidentielle controversée de 2015 ainsi que la révision de plusieurs sentences, prononcées par les Bureaux de contentieux électoraux, ont été prises en compte par le Cep.

L’organisme électoral a publié officiellement, le lundi 6 juin 2016, le nouveau calendrier électoral 2016-2017, qui s’échelonne du 31 mai 2016 au 02 avril 2017.

Les dimanche 9 octobre 2016 et dimanche 8 janvier 2017, seront reprises la présidentielle de 2015, les législatives (une partie) de 2015, entachées de fraudes massives, déjà dénoncées, après les scrutins controversés, par plusieurs secteurs, dont les partis politiques, les candidates et candidats.

Le Core Group qui s’est aussi montré réticent à une vérification des élections de 2015 au même titre que la Moe Ue a appelé « tous les acteurs haïtiens à respecter scrupuleusement » le nouveau calendrier électoral 2016-2017.

Comments

comments