Lundi 5 juin : Les News en bref….

Radio Méga | Jonas Dorisca

Les députés devraient, en session extraordinaire, examiner et procéder, ce mardi 6 juin, au vote de la loi de Finances rectificatives 2016-2017. Partis en vacances il y a près d’un mois, ces derniers ont été convoqués à cet par le président de la république, selon un communiqué du Secrétariat général du Conseil des ministres.
L’enveloppe budgétaire, adoptée le jeudi dernier en Conseil des ministres, est chiffrée à 118 milliards de gourdes. L’agriculture, l’environnement et l’éducation sont, entre autres, les priorités de l’administration Moïse/Lafontant.

Jusqu’au bout pour la réalisation de ses caravanes de changement, le président de la république multiplie les actions à cet effet, malgré les dénonciations concernant le coût élevé et le côté jugé farfelu de ces opérations. Accompagné de plusieurs parlementaires et du ministre des Travaux publics, entre autres, Jovenel Moïse a effectué, ce samedi 3 juin, une visite dans le département du Sud en vue de préparer le lancement de la caravane dans cette zone.

Haïti/Justice
Suite aux indices suffisants et concordants, obtenus après plusieurs mois de travail par le juge d’instruction Chavannes Etienne, l’ancien député de Léogâne, Jean-Baptiste Antony Dumont a été renvoyé devant le tribunal criminel sans assistance de jury, pour être jugé pour viol, le 17 février 2017, sur une mineure âgée de 11 ans, selon une ordonnance rendue en date du 16 mai 2017.
Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) qui a éclaté l’affaire salue une instruction menée en bonne et due forme, indiquant que le juge instructeur a conduit l’instruction à charge et à décharge ; procéder à la confrontation des parties en présence et rendu son ordonnance dans les délais prévus par la loi.

Des agents de la Police nationale ont tué hier, d’une balle à la tête, une commerçante du marché public Télélé, à Pétion-ville. Ce meurtre est survenu quand ces policiers, pour dissiper une foule de commerçants du marché opposés à l’enlèvement du cadavre d’un portefaix tué, à l’arme blanche, le même jour par un autre portefaix, auraient tiré à hauteur d’homme, témoignent des habitants de la zone.
Les commerçants ne voulaient pas que la dépouille soit levée sans la présence d’un membre de la famille du portefaix, tandis que les policiers, eux, accompagnaient un juge de paix venu faire le constat de cette mort.

Une batterie d’organisations syndicales et sociales, dont Fenatras, Modep, Unnoh et Espm Bo appellent les ouvriers de la Sonapi à poursuivre leur mobilisation en faveur d’un salaire minimum à 800 gourdes, les exhortant à ne pas céder au chantage et à l’intimidation des patrons.

Jonas Dorisca
jdorisca2@yahoo.fr

Comments

comments