2 Haïtiens blessés à Malpasse

Deux chauffeurs de camion Haïtiens ont été impliqués dans des incidents à la frontière Haïtian-Dominicaine.

La semaine dernière, le chauffeur du candidat à la présidence Jean-Henry Céant a été impliqué dans un incident à Malpasse.

Plusieurs versions de ce qui c’était passé ont alors circulé.

Selon un nouveau rapport dont la rédaction de Loop a obtenu copie, le narratif des événements semblent beaucoup plus clair aujourd’hui.

Dans l’après-midi du lundi 27 juin 2016 la route menant à Malpasse a été paralysée à hauteur de Fonds-Parisien, section communale de Ganthier, Ouest d’Haïti.

À l’origine, un agent douanier de la zone a ouvert le feu sur un camion haïtien qui transportait du ciment et d’autres produits dominicains vers la capitale haïtienne.

Le chauffeur du véhicule venait de faire vérifier ses marchandises et était en train de quitter la douane.

Tout à coup, des brigadiers d’anti-contrebande affectés à ce bureau à bord d’une Nissan Patrol de couleur grise, lui a fait signe de s’arrêter, selon les témoignages des gens de la communauté.

Ne voulant pas s’arrêter, l’un d’entre eux a ouvert le feu sur le mini-camion.

Deux personnes ont été blessées dont un résident de Fonds-Parisien.

Les victimes ont été transportées d’urgence à un centre hospitalier dans la capitale après avoir été blessées au bras, aux côtes et aux pieds.

En signe de protestation, des membres et amis de la famille des victimes ont bloqué la route conduisant à la frontière de Malpasse/Jimani avec un gros trailer et de grosses pierres.

À ce moment, un véhicule, propriété du candidat à la Présidence Jean-Henry Céant, qui tentait de traverser les barricades, a été criblé de balles sous la furie des protestataires.

La police locale étant impuissante face à cette foule en colère, a demandé renfort.

Sur ce, deux équipes d’agents d’unité spécialisée en maintien d’ordre sont arrivées en peu temps pour rétablir l’ordre.

Face à cet événement, le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) croit que de nouvelles stratégies doivent être envisagées par les responsables douaniers en vue de combattre la contrebande dans les communes frontalières du pays.

Le GARR exhorte les autorités haïtiennes à mettre tout en œuvre pour protéger la vie de tous et de toutes au moment des interventions des brigadiers d’anti-contrebande.

Le GARR est une plate-forme d’associations et d’organisations non gouvernementales travaillant sur la problématique de la migration.

Tout en n’excluant pas les autres pôles de migration, le GARR concentre ses efforts sur la République Dominicaine où vivent de nombreux immigrants haïtiens dans des situations extrêmement difficiles.

Comments

comments