Augmentation des prix des produits de première nécessité

Jeudi 30 Juillet, 2015 Port-au-Prince, Haïti – Les prix des produits de première nécessité, comme le riz, l’huile et la farine, continuent d’augmenter depuis le début du mois de juin 2015, provoquant ainsi une situation économique « alarmante » dans tout le pays, apprend AlterPresse.

Subséquent à l’augmentation du prix du dollar américain, cette hausse des prix des produits alimentaires entraine de grandes difficultés pour les ménages les plus défavorisés.

Depuis tantôt un mois, le taux de change dépasse les 50.00 gourdes pour un dollar américain, alors qu’il était de 47.00 gourdes en décembre 2014. Une situation qui semble entraver l’activité des petits commerçants et les petites bourses.

L’Indice des prix à la consommation (Ipc, base 100 en août 2004) avait affiché un fort taux de croissance mensuel de 1.9 % et un glissement annuel de 8%, contre respectivement 0.8% et 6.6% le mois précédent.

Il est chiffré à 234.6 en juin 2015, contre 230.2 en mai 2015.

Sur le marché national, les prix des produits de première nécessité n’ont pas cessé d’augmenter. 5 livres de riz local, auparavant débitées à 150.00 gourdes, sont vendues cette semaine à 200.00 gourdes.

Les prix des légumes, vivres alimentaires et autres connaissent également une forte augmentation, ces derniers jours en Haïti.

Entre 3 à 3,8 millions de personnes sont actuellement en insécurité alimentaire à travers le pays, selon les chiffres de juin 2015. En même temps, la saison de printemps, pendant laquelle est assurée généralement 60 % de la production agricole, a été compromise cette année à cause de la sécheresse.

La Coordination nationale de la sécurité alimentaire (Cnsa) a prévenu qu’il y aurait une baisse substantielle, pouvant atteindre entre 60 à 70 % de la production agricole, dans les départements du Sud-Est, du Nord-Ouest, de l’Artibonite (surtout le haut Artibonite), du Plateau central, du Nord-Est (une partie), l’île de la Gonâve (les deux communes Anse-à-Galets et Pointe à Raquette), de l’Ouest (dont Fonds Verrettes, où seulement quelques précipitations ont été enregistrées fin mai 2015, après une longue période de sécheresse qui frappe la zone depuis novembre 2014).

Le marché est surtout alimenté en produits importés.

Haïti exporte seulement pour 910 millions de dollars américains, notamment au niveau de la sous-traitance, alors que le pays continue d’importer annuellement pour près de 4 milliards de dollars, d’où un déficit commercial d’environ 3 milliards de dollars américains, selon ce qu’a fait savoir récemment Charles Castel, directeur de la la Banque de la république d’Haïti (Brh).

Source/AP

Comments

comments