Haïti compte sur le support de la CARICOM pour ses négociations avec l’OMC

Le président de la République, Jovenel Moïse, s’est rendu à Grenade le mardi 4 juillet 2017 pour participer à la 38e réunion ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CARICOM qui se tient du 4 au 6 juillet 2017.

« La participation d’Haïti à cette conférence s’inscrit dans le cadre du nouvel élan diplomatique initié depuis quelques années par les autorités haïtiennes, dans la perspective d’une pleine intégration du pays au niveau du CSME (Marché et économie uniques de la CARICOM) », souligne un communiqué émanant de la présidence informant qu’Haïti siège, depuis le 1er juillet 2017, au Bureau de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement qui se compose de Guyana, de Grenade et d’Haïti.

« Je suis habité par ce rêve de voir Haïti jouer tout son rôle dans une CARICOM unie, forte et solidaire qui a conscience de son potentiel et qui s’organise avec intelligence pour l’exploiter au bénéfice de nos concitoyens. C’est mon engagement de faire avancer cet agenda durant mon quinquennat », a déclaré le président Jovenel Moïse, qui en est à sa deuxième visite dans un pays de la Communauté depuis son investiture.

Au cours de sa prise de parole, le chef de l’État haïtien a sollicité le support et la solidarité indéfectibles des autres États membres de l’organisation pour faire aboutir le processus des négociations visant la révision de la liste de concession tarifaire à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). « C’est un travail obligé, parce que les engagements pris par Haïti en accédant à l’OMC en 1995 ont eu pour conséquences, entre autres, la mise en œuvre d’une politique commerciale qui a déstructuré la base de la production nationale, accentué la dépendance du pays, la perte massive d’emplois, et réduit la capacité du pays à appliquer le Tarif extérieur commun (TEC) de la CARICOM », a soutenu Jovenel Moïse, indiquant que les négociations sont actuellement en phase d’être finalisées.

Le processus d’intégration d’Haïti au Marché unique de la CARICOM est un autre chantier sur lequel le quinquennat du président Moïse va se focaliser. En effet, le chef de l’État haïtien compte poursuivre les efforts déjà entamés pour l’harmonisation des normes haïtiennes avec celles en vigueur au niveau de la région, pour la certification des produits d’origine communautaire ainsi que pour notre accommodement au Tarif extérieur commun de la CARICOM.

« Ces mesures sont indispensables à l’intégration effective de mon pays au Marché unique de la CARICOM », a-t-il poursuivi. « Mon administration va accélérer la mise en œuvre des composantes du Marché et économie uniques de la CARICOM afin qu’Haïti puisse pleinement s’impliquer dans le processus d’intégration régionale enclenché depuis déjà 44 ans.

Haïti, avec ses potentiels économiques, une fois libérée de certaines entraves, constituera un partenaire fiable et consistant pour les 14 autres États membres de la CARICOM », a promis Jovenel Moïse, qui a aussi donné des gages que la sécurité régionale et hémisphérique fera partie intégrante de la politique d’Haïti au sein de la CARICOM.

« D’ores et déjà, nous affirmons notre appui à toutes les initiatives de notre Communauté en matière de sécurité régionale : que ce soit dans le domaine de la lutte contre le crime organisé ou celui de la lutte contre le trafic illicite des stupéfiants. La coopération entre l’Agence caribéenne pour la sécurité et contre la criminalité et les autorités compétentes d’Haïti doit être renforcée », a souligné le président Jovenel Moïse, qui sera de retour au pays le mercredi 5 juillet 2017. À la tribune de la 38e réunion ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CARICOM, dont Haïti assurera la présidence tournante à partir du 1er janvier 2018 pour une durée de six mois, le président Moïse a vanté les objectifs ambitieux de la Caravane du changement, initiative-phare de sa présidence, a pris de nombreux engagements en faveur du développement d’Haïti et du mieux-être de sa population.

« Je me suis engagé à convertir nos défis en opportunités, à transformer les terres agricoles encore libres d’herbicides et de pesticides, en espace de production de biens agricoles biologiques, à améliorer le réseau routier, reconstruire les bâtiments publics, à accroître et bonifier notre capital humain, à faire le saut vers les nouvelles technologies, à augmenter et diversifier nos sources énergétiques indispensables à l’attraction des investissements directs étrangers et nécessaires à la stimulation de la croissance et du développement économique », a insisté le premier citoyen haïtien.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *