Ministre Desras Simon : Le Parlement marche aux abords d`une falaise

Port-au-Prince, jeudi 14 juillet 2016 (rezonodwes).- Dans leur persistance d’un remue-ménage, la 50ème législature avancerait vers son auto-destruction en bloquant l’avancement du processus électoral, avec les séances avortées à répétition en Assemblée nationale, prévoit l’ex-législateur Dieuseul Simon Desras. Ce dernier qui connaît bien les rouages du Parlement haïtien, tout en se montrant critique, conseille et suggère.

« Avec tristesse, je constate la marche du Parlement aux abords d’une falaise », est-ce une prémonition ou une nouvelle révélation de l’ancien Sénateur Dieuseul Simon Desras, autrefois un habitué des déclarations inédites à la presse. L’ancien candidat à la présidence intervenait au micro du journal « Premyé Okazyon » pour opiner brièvement sur la fête patronale Saut d’Eau (Ville Bonheur) à venir.

M. Desras, ministre de l’Environnement du cabinet Enex Jean-Charles, prévoit déjà une paralysie du parlement haitien au retour de vacances des Députés au deuxième lundi de janvier 2017. Toutefois, il a précisé que cet handicap pourrait survenir si les députés qui partent en vacances dans un mois, ne contribuaient pas fortement à la résolution de la crise.

L’ex-président de l’Assemblee nationale qui faisait allusion à la séance « spéciale » (inconstitutionnelle) du Jeudi 14 juillet 2016, pense que les députés (contestés ou non) pourraient partir en « vacances éternelles ». Il a qualifié la situation actuelle, selon ses propres termes de « chambardement total ».

Donc, l’originaire du Plateau Central exhorte ses anciens pairs à se dépasser pour ne donner aucun prétexte aux actuels occupants du territoire national. Pour lui, Haiti actuellement un pays occupé sans un appel à l’unisson, nous laisserions le champ libre à l’étranger d’imposer son choix puisque nous avons manqué à notre devoir. Nous jouons trop avec le temps jusqu’arriver aux velléités de lancement de « processus de recrutement pour un autre président provisoire ».

Pour s’assurer de la réussite de la tenue de la séance en Assemblée nationale, prévue pour jeudi matin à 11:00, Dieuseul Simon Desras interpelle les parlementaires à prendre leurs responsabilités devant l’histoire. Pour l’ancien Sénateur, un renvoi de Privert par un vote en Assemblée nationale, remettrait en cause tout le processus électoral déjà entamé. Et dans cette chute, le Parlement remet également son existence en question au retour des Députés, au deuxième lundi de janvier 2017.


Tout porte à croire, en somme toute, que la séance du 14 juillet 2016, à coup sûr, qui ne débutera pas à l’heure prévue, (la marque de fabrique de la 50ème), serait la carte de la dernière chance que jouent les parlementaires, particulièrement la bande à Gary Bodeau et celle à Carl Murat Cantave. A moins, selon des observateurs très critiques envers eux, qu’ils aient, sans le savoir, trop aveuglés par des intérêts personnels, un faible pour la politique du scorpion « kap piké pwòp tèt li ».

cba

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *