Un policier affecté à la sécurité de chaque candidate aux élections 2015

Vendredi 31 Juillet, 2015 Port-au-Prince, Haïti – Jeudi, le Premier Ministre, Evans Paul, a procédé à l’ouverture de l’ « Atelier de validation de l’avant-projet de loi sur la prévention, la sanction et l’élimination de la violence faite aux femmes ». Le chef du Gouvernement en a profité pour dévoiler des mesures prises en Conseil supérieur de la police nationale en faveur des candidates (8%) aux prochaines élections législatives, en affectant un policier à la protection de chaque candidate.

C’était l’occasion le Chef du Gouvernement de saluer le partenariat des différents ministères et partenaires internationaux impliqués dans l’élaboration de cet avant-projet de loi, le Premier Paul a en outre affirmé que « nous rêvons d’un pays dépourvu de toutes formes de violence, de toute violation de droits humains […] lutter contre les violences faites aux femmes exige de la part de l’Etat un ensemble d’actions rationnelles, visant à la création d’un cadre normatif et institutionnel, capable de prévenir, de poursuivre et de sanctionner les dites violences. Le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme a montré, malgré certaines difficultés, sa volonté de répondre à ses obligations.

Voilà pourquoi, nous travaillons d’arrache-pied pour doter le pays d’un cadre juridique approprié permettant de sévir avec rigueur, pour enrayer les pratiques de violences contre les femmes.

Sachez que votre contribution, apporte un outil majeur pour le renforcement d’un environnement favorable au respect des droits humains […] » encourageant l’assistance à réfléchir, proposer, corriger des idées pour la 50e Législature afin de valider cette Loi.

Deux points majeurs cristallisent le rôle du Ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes (MCFDF) : recenser et compiler « toutes les lois discriminatoires à l’égard des femmes, afin d’amendement ou d’élimination ; proposer après discussions et concertation avec les différentes entités organisées, de nouvelles lois, conformes aux principes fondamentaux de la Déclaration universelle des droits de l’homme et de tout autre instrument nationale et international destiné à la protection des femmes ».

Initié en 2009, cet avant-projet de loi complète les lois sur la maternité, la paternité responsable et la filiation, votée en 2013.

Source/ HL

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *