Des handicapés jouent au football pour la paix à Cité Soleil

Depuis le 31 juillet jusqu’au 4 septembre, un championnat de football pour personnes à mobilité réduite est organisé à Boston, Cité Soleil.

Béquilles serrées sous les épaules, dribles inspirés pour marquer des buts qui soulèvent la foule dans la nuit caniculaire, ces joueurs atypiques sont déterminés. Ils jouent pour déjouer le destin. Le football ici ne se réduit pas au sport : c’est un refus des déterminismes, c’est un pied de nez au « goudougoudou ».

Environ 300 000 Haïtiens sont morts le 12 janvier 2010. D’autres ont survécu et parmi eux, un nombre considérable d’estropiés et de déchiquetés. Entre la marginalisation sociale, la pauvreté ambiante et l’avenir qui s’annonce ténébreux, être handicapé en Haïti est plus qu’une tache sombre sur l’existence, c’est un cataclysme permanent. Si depuis le tremblement de terre, certains déambulent, sans vie, un nombre important a aussi refusé que leur destin soit enseveli sous les décombres. Les joueurs des 16 équipes du championnat « Unissons-nous pour la paix » de Cité Soleil sont de ceux-là.

L’impulsion est peut-être personnelle, mais l’aspiration se découvre collective. Durant un peu plus d’un mois, ils rassemblent Cité Soleil, un des endroits les plus mal famés du pays. Le but est de « consolider l’union et la paix entre les zones » confie Casnel Jean Baptiste, jeune de la cité. L’objectif est grandiloquent, la tache noble et loin des bottes souvent brutales des forces de l’ordre, leur outil est pacifique.

La Cité est d’ailleurs un laboratoire miniature des stéréotypes dont souffre Haïti. Une vision fantasmée, souvent loin de la réalité a fini par saturer l’imaginaire collectif d’une image souvent éloignée du quotidien de la zone. « Les gens doivent savoir qu’à l’intérieur de Cité Soleil, il y a toute sorte de personnes et parmi eux des intellectuels. Comme partout ailleurs », lâche Casnel Jean Baptiste.

Le championnat prendra fin le 4 septembre. Les équipes championnes se verront remettre des récompenses en espèce et en biens, généreusement offertes par des mécènes de la zone.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *