Fin de 6 mois d’occupation du rectorat de l’UEH

Vendredi, les bureaux du rectorat de l’Université d’État d’Haïti (UEH) et de la Direction des Études Post-graduées (DEP), occupés illégalement par un groupe de prétendus étudiants, depuis le 5 février dernier, ont finalement été vidé de leurs occupants rebelles par des agents du Corps d’Intervention et de Maintien de l’Ordre (CIMO), suite à une décision de justice en faveur de l’UEH intervenu après de long mois de procédures légales…

Des locaux vandalisés, souillés, des graffitis sur les murs, le sol malpropres, de vieux matelas, des bouteilles d’alccol, des préservatifs au milieu de dossiers et de documents et de matériels de l’administration détruit… c’est le spectacle désolant de l’occupation qu’ont laissé ces « étudiants », qui avaient pourtant promis de respecter l’enceinte des bureaux, ce qui à l’évidence n’a pas été le cas. Il faut dire que sur les 13 jeunes interpellés, seuls 3 avaient des cartes d’étudiants et la majorité n’avaient même pas de Carte d’Identification Nationale (CIN).

6 mois de négociations, de chantages, de promesses, de menaces et plusieurs mois de procédures légales par l’Université, avant d’obtenir un jugement en la faveur de l’institution et faire libérer les locaux. Ce qui prouve s’il en est besoin, la faiblesse et le dysfonctionnement de notre justice, même si les dirigeants de l’Université, voient dans la libération de leurs locaux, une victoire du Droit sur la violence et l’intransigeance d’un groupe de jeunes « étudiants ».

En réaction, des « étudiants » partisans de leurs collègues expulsés des locaux de l’Université, ont dressé en signe de solidarité et de protestation, des barricades à divers endroits du Champ de mars et sur l’avenue Christophe ainsi que devant plusieurs facultés de l’UEH, perturbant fortement la circulation et provoquant un mouvement de panique chez les résidents…

Notez que les 13 jeunes après avoir été auditionner au Parquet de Port-au-Prince ont été libérés et à peine sortie, ont promis de récidiver !

HL

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *