Haïti – Économie : Aperçu des allocations budgétaires (2016-2017)

Le projet de Budget 2016-2017 adopté en Conseil des Ministres le 30 juin dernier  et déposé le même jour à la Chambre des députés s’élève à 121.9 milliards de Gourdes dont 73 milliards pour les dépenses de fonctionnement et 45 milliards pour les investissements.

Il repose sur les hypothèses suivantes : croissance de l’économie en terme réels de 2,2% (estimé à 3.6% 2015-2016) ; inflation de 10,5% en moyenne annuelle et de 13,5% de fin de période (en juin 2016 l’inflation annuelle était à 15.2%] ; une pression fiscale autour de 13,5% ; un taux de change relativement stable et le non-recours au financement monétaire.

Aperçu de quelques allocations au budget 2016-2017 :
(Allocations pouvant être modifiées par les deux Chambres du Parlement)

Secteur économique 43,18 milliards de Gourdes (35,4 % du budget total) :
Ministère des Travaux publics : 18.29 milliards (15.0%) ;
Ministère de l’Économie et des Finances, 8.33 milliards (6.8%) ;
Ministère de l’Agriculture : 7 milliards (5.7%) ;
Ministère de la Planification : 6.47 milliards (5.3%) ;
Ministère du Commerce :1.70 milliard (1.4%) ;
Ministère du Tourisme : 772 millions (0.6%) ;
Ministère de l’Environnement : 608 millions (0.5%).

Secteur social 29 milliards de Gourdes (23,8% du budget total) :
Ministère de l’Éducation Nationale : 21.22 milliards (17.4%) ;
Ministère de la Santé : 5.51 milliards (4.5%) ;
Ministère des Affaires Sociales : 1,50 milliard (1.2%) ;
Ministère de la Jeunesse et sports : 667 millions (0.5%) ;
Ministère de la Condition Féminine : 163 millions (0.1%).

Politique (3 Pouvoirs) :
Pouvoir Exécutif : 19,06 milliards (15,6%)
Pouvoir Législatif : 3,91 milliards (3.21%)
Pouvoir judiciaire :1,06 milliard (0,87 %)

Selon le Gouvernement, le Projet de budget 2016-17 a été conçu autour des objectifs suivants :

  • Maintenir la stabilité macroéconomique ;
  • Assurer la poursuite du financement des élections ;
  • Créer un environnement favorable à la génération de richesse et d’emplois ;
  • Supporter l’agriculture, l’élevage et la pêche en maximisant leur impact sur l’économie ;
  • Rechercher une meilleure cohérence dans l’utilisation des ressources de l’administration centrale d’Etat et des organismes autonomes de manière à maximiser leur impact ;
  • Intensifier les efforts dans les domaines de la sécurité publique ;
  • Poursuivre la réforme des finances publiques ;
  • Promouvoir l’entreprenariat et les partenariats publics privés ;
  • Renforcer la résilience du territoire ;
  • Poursuivre et renforcer la politique d’accès à l’éducation ;
  • Augmenter la couverture végétale du pays.

HL/ HaïtiLibre

Comments

comments