6 candidats à la présidence ont répondu à l’invitation de Steven Benoit et Michel André

Mercredi 2 Septembre, 2015 Port-au-Prince, Haïti – Sept candidats à la présidence exigent du CEP des corrections après ce qu’ils appellent le coup de force du 9 août 2015 perpétré par le pouvoir exécutif avec la complicité de la police et de la machine électorale. Ils ont pris cette décision à l’issue de plus de trois heures de discussions qui étaient, en principe, destinées à trouver un compromis pour la désignation de l’un d’entre eux comme représentant unique de ce que l’un des initiateurs de la rencontre, le sénateur Steven Benoît appelle l’opposition réelle à la présidentielle d’octobre.
Prenant la parole au nom de ses pairs, lors d’un point de presse, peu après la réunion à l’hôtel Kinam 1, à Pétion-ville, Sauveur Pierre Etienne a expliqué que les participants ne sauraient se préoccuper de dire qui d’entre eux sera candidat à la présidence alors qu’ils ne savent si le CEP a la capacité d’apporter les corrections nécessaires et que le pays risque de basculer dans l’anarchie sanglante et le chaos généralisé. Selon le responsable de l’OPL, il y a une centaine de circonscriptions à travers le pays dans lesquelles ce n’est pas le peuple qui a décidé de l’issue des urnes. Il a également cité trois départements, le Nord, l’Artibonite et l’Ouest, dans lesquels les sénatoriales n’ont tout simplement pas eu lieu.

Pour sa part, le candidat à la présidence sous la bannière du parti Palmis a promis, pour bientôt, aux journalistes des révélations concernant la conduite du processus électoral par le CEP. Selon l’ancien sénateur Simon Dieuseul Desras, l’institution électorale serait à 65% un instrument aux mains de l’Exécutif.

Les quatre autres candidats sont Wetsner Polycarpe du « Mouvman Revolisyonè Ayisyen », Jean Henry Céan de Renmen Ayiti, Fred Brutus du Parti Fédéraliste et Michel André de la Plateforme JISTIS . Un huitième participant a abandonné la rencontre. Il s’agit d’Eric Jean Baptiste, candidat à la présidence sous la bannière du Mouvement d’Action Socialiste. Dans des déclarations faites dans la presse, il a taxé les autres candidats de « marronnage ».

7 candidats ont décliné l’invitation. Il s’agit de Jean Charles Moïse Jean Charles de la Plateforme Pitit Dessalines, Jude Celestin de LAPEH, Samuel Madistin du MOPOD, Maryse Narcisse de Fanmi Lavalas, Chavannes Jean-Baptiste de KONTRAPEPLA, Edmonde Supplice Beauzile de la Fusion des socio-démocrates et Aviol Fleurant de la Nouvelle Haiti.

Source/Haiti Reference

Comments

comments