Le gouvernement abandonne les rapatriés à leur sort

Lundi 7 Septembre, 2015 Pointe-à-Pitres, Haïti- L’organisation caritative, Caritas Haïti, en cette journée mondiale du migrant et des réfugiés (6 septembre) s’alarme devant les conditions extrêmement misérables, dans lesquelles survivent dans la zone frontière, des centaines de familles et leurs enfants, rapatriées ou de retour volontaire de la République Dominicaine.

L’Organisation humanitaire, à travers la commission épiscopale de la migration, a choisi de célébrer cette journée dans la ville frontalière d’Anse-à-Pitres, aux côtés de ces personnes vulnérables, qui sont pour le moment plus de 2,000 à vivre dans des conditions inhumaines.

Caritas Haïti qui va apporter son aide humanitaire, veut attirer l’attention de la communauté haïtienne sur la situation de ces familles qui ont besoin d’être socialement assistés « Des milliers de gens en manque de presque tout sont déjà rapatriés vers le pays. Ils sont tous nos frères et sœurs. C’est notre devoir de les assister et de les accueillir dans la dignité », a lancé indigné Mgr. Launay Saturné, Président de la Commission, qui insiste sur la nécessité de créer une chaîne de solidarité autour de ces personnes vulnérables, sans abris, en manquent de nourriture, d’eau potable et d’autres biens essentiels.

Un cri d’alarme, qui souhaitons-le arrive aux oreilles d’un gouvernement, dont les mesures concrètes de soutien aux rapatriés ou aux retours volontaires, au-delà des discours démagogiques, sont loin d’être suffisant pour répondre dignement aux besoins de ces personnes.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *