Notre Dany Laferrière ne mérite pas ça…

Notre( mon) Dany ne mérite pas ça…

Dany Laferrière est un symbole vivant. Une icône de la littérature mondiale. Dany Lafferière appartient à l’humanité. Aussi est-il fils de l’éternité.

Seuls des  » sans aveu »( des malandren) embourbés dans l’idiotie et rassasiés d’aigreur peuvent tomber dans l’ignominie d’infliger une telle gifle à ce colosse des lettres modernes.

En effet, effacer avec un tel mépris le nom de Dany Laferrière sur la bibliothèque de Petit-Gôave , sous le subterfuge d’une constitution n’existant qu’en théorie, relève d’une barbarie anonyme dont seuls ces énergumènes de dernier cri détiennent le secret.

L’agissement aveugle de ces pleutres se révèle une honte non seulement pour les petit-goâviens, mais aussi pour tous les haïtiens en général.

Heureusement, cet acte indigne des fils conséquents de la Cité soulouquoise, est l’oeuvre d’un petit groupes de « poli-ti-chien » non représentatifs et d’éternels aigris qui pratique depuis bien des lustres une politique de bas étage dans la commune.

La bêtise atteint ainsi son paroxysme dans cette commune. Si elle reste sans nom, néanmoins l’on croit qu’elle a un maître, un clan. Heureusement, la bêtise et ceux qui la pratiquent n’auront la seule et l’unique récompense de tomber dans les poubelles pestilentielles de l’histoire.

Rappelons que petit-Gôave a toujours occupé une place importante dans les oeuvres de Dany. L’odeur du café, par exemple, est à mon humble avis un hymne à cette ville qui a vu grandir le petit fils de Da. Petit-Goave, grâce à lui, s’est attiré les regards et la curiosité de plus d’un, bien entendu dans le bon sens. Avec lui, au moins, on aurait pas à parler de Petit-Goâve pour ravaler l’histoire de cette commune exclusivement à la barbarie qui avait emporté Brignol Lindor. N’était -ce pas la dominance de la policaillerie à Petit-Gâove, l’académicien aurait longtemps déjà mérité la reconnaissance de cette ville envers laquelle il ne tarit jamais d’éloges.

Je condamne donc sévèrement cet acte honteux, car indigne de cette génération consciente à la quelle j’appartiens et de cette postérité que ne nous saurions construire sans ces modèles incontournables comme Dany. Et j’exhorte cette génération intellectuelle consciente de Petit Goâve à s’indigner et à se soulever face à ce courant de bêtise qui tend vers le triomphe dans la commune.

John Wesley Delva

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *