Conflit ouvert entre Daly Valet et Euvrard Saint-Amand de radio Caraïbes

Euvrard Saint-Amand réplique au réquisitoire dressé par Daly Valet sur les manquements de la presse haïtienne.

Il y a trois heures, le journaliste aujourd’hui conseiller au palais national, Daly Valet s’est fendu d’un long  « post » sur l’état de la presse dont la « barre à succès se retrouve désormais dans les égouts ». « (…) Rares sont des professionnels du métier de journaliste à s’imposer un minimum de scrupules et de savoir-faire dans le faire » s’est plaint l’ancien journaliste de Vision 2000. « La bêtise s’est métastasée dans ce corps professionnel à un rythme effarant et mortel avec la prolifération des stations de radio. Des noms qu’on aurait pu prendre pour des modèles dans le métier se sont ravalés jusque dans l’indigence éthique la plus crasse, la plus plate et la plus déshonorante avec leur plume, leur micro ou leur « smarthphone » ».

La presse haïtienne, analyse Daly Valet « est actuellement au zénith de la grande bêtise. À présent, plus on est idiot dans ce métier, plus on fait la leçon aux autres et a du succès. Plus on est corrompu et voyou, plus on fait du bruit et s’affiche en parangon de toutes les vertus avec son micro de vendus et de mercenaires. Ils disent, laissent dire et écrivent n’importe quoi sur n’importe qui, n’importe quand et n’importe comment ».

Ces propos ont irrité Euvrard Saint-Amand qui deux heures plus tard a répliqué sur son compte Facebook : « Malheureusement DV n’a aucune autorité pour faire cette leçon à la presse. Il est lui-même la honte personnifiée et n’a pas été un bon exemple pour la nouvelle génération. Après votre retour de Washington Mr. Valet vous n’avez fait que traîner vos bosses dans tous les couloirs pour mériter la bonne grâce soit des patrons de presse ou des autorités politiques. Vous avez encensé Martelly après des rencontres au palais ou ailleurs, vous avez rejoint MJC avec tout le lot de passifs et d’actifs, vous êtes au palais aujourd’hui. Il n’y a rien de grave lorsque quelqu’un travaille pour gagner son pain. Cependant, à chaque échec vous continuez à utiliser le micro pour vous faire passer comme journaliste et courtiser vos prochaines proies ».

Source: Loop Haiti

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *