Haïti – Élections : La vérification des PV a commencé… pas près d’être fin

Suite à la décision du Bureau du Contentieux Électoral National (BCEN) d’autoriser la vérification de 1,560 (12%) Procès Verbaux (PV) de l’élection présidentielle du 20 novembre dernier la vérification a débuté mardi, avec beaucoup de tensions, de difficultés et de retard…

Par ailleurs, le tribunal électoral a décidé après concertation avec les parties, d’inclure les 27 PV de Jean-Charles Moïse ainsi que les 364 de Jude Célestin remis au tribunal pour fins de vérification. Ce nombre de PV est inclus dans le total des 1,560 PV a vérifier.

Le début des vérifications, prévue initialement pour midi n’a finalement commencé un peu avant 7h00 p.m. en raison des difficultés entre les parties, de s’entendre entre autre sur la méthode a appliquer pour constituer l’échantillonnage de 12 % des PV.

Selon la méthodologie finalement, adoptée, il a été convenu que les numéros des PV choisi aléatoirement et en tenant compte la taille de chaque département, soient lu à haute voix, ainsi que le nombre de votes obtenu pour chaque candidat et le motif du PV. Ensuite, chaque parti contestataire a droit à quelques minutes pour examiner avec les yeux, sans le toucher, le PV protégé sous plastique pour ensuite faire part de leurs commentaires.

Les 27 PV déposés par Jean-Charles Moïse ont été les premiers à être vérifiés non sans difficultés, les plaignants qui ont fait front commun, voulaient que soit vérifié outre l’authenticité des numéros de CIN en relation avec la base de données, les signatures, les empreintes etc… Certains avocats contestataires questionnent une empreinte, d’autres sur le numéro de la CIN et l’empreinte qui selon eux correspondrait pas [?] ou encore une absence de signature… Ils ont proposé de faire venir la DCPJ pour expertiser les empreintes, une requête qui a été rejetée par le Tribunal

Les plaignants ont estimé que le Tribunal ne leur accordait pas assez de temps pour vérifier les listes d’émargements, et chaque PV, alors que tu côté du PHTK, Rudy Hériveaux croit qu’il s’agissait surtout pour les plaignants de gagner du temps, convaincu que ceux-ci ne cherchent pas à vérifier, mais a bloquer comme en 2015, le processus électoral alors qu’il ne reste que 9 jours avant la date buttoir de publication des résultats définitifs de l’élection présidentielle.

Alors que minuit approchait, la vérification des 27 PV de Moïse Jean-Charle n’étaient toujours pas terminée et le juge électoral Jean Simon St-Hubert, exaspéré par le comportement des avocats, à du menacer de quitter les lieux pour les forcer à respecter ce qui avaient été décidé et cesser de faire de l’obstruction systématiques…

TB/ iciHaïti

Comments

comments