Haïti-Élections : Jovenel Moise du Phtk confirme sa candidature à la présidentielle

P-au-P, 22 juin 2016 [AlterPresse] — Le candidat du Parti haïtien tèt kale (Phtk), Jovenel Moise a confirmé en milieu d’après-midi sa candidature aux prochaines élections présidentielles du 9 octobre.

Le candidat de l’ex- parti officiel était arrivé en tête des résultats définitifs du premier tour des élections controversées de 2015, proclamés par l’ancien Conseil électoral provisoire (Cep).

Suite au rapport d’une Commission d’évaluation et de vérification électorale (Ciev) ayant documenté une fraude massive, ces élections ont été annulées.

Malgré le rejet du rapport de la commission par le Phtk et des critiques contre l’actuel Conseil électoral, Moise s’est présenté au bureau électoral de l’Ouest où, contre toute attente, il a confirmé sa candidature.

Une autre confirmation qui a provoqué la surprise est celle d’Edmonde Supplice Beauzile, présidente de la Fusion des sociaux-démocrates.

Jusqu’au cette semaine, Beauzile manifestait son rejet du processus électoral en cours.

En fin d’après-midi, le nombre de candidatures confirmées était évalué à 24, parmi elles, celle de Jean Charles Moise du parti « Pitit Desalin ».

Les inscriptions pour la présidentielle s’achèvent ce mercredi 22 juin à minuit, selon le calendrier électoral.

Classé en deuxième position dans les résultats des élections de 2015, Jude Célestin de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh) a confirmé sa participation, le mardi 21 juin.

Célestin était accompagné de plusieurs anciens candidats à la présidence comme Sauveur Pierre Étienne de l’Organisation du peuple en lutte (Opl), Eric Jean Baptiste du Mouvement action socialiste (Mas) et le sénateur Steven Yrvenson Benoit de « Konviksyon », qui ont décidé de supporter le candidat de Lapeh au lieu de se présenter, chacun, à ces élections.

Mario Andresol, candidat Indépendant, supporte aussi Célestin.

Le candidat de Lapeh et ses nouveaux alliés faisaient partie du Groupe des huit candidats à la présidence G8, qui protestait contre les scrutins controversés de 2015.

Le G-8 a été dissout en date du 16 juin 2016, suite à l’évolution de la situation politique. À cet effet, un pacte de non- agression a été adopté, par les membres du groupe dans le cadre des compétitions électorales à venir.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *