Haïti – Justice : Le RNDDH s’inquiète des nominations à l’OPC en fin de mandat

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) prend note de l’installation, de l’ancien Inspecteur Général en Chef de la Police Nationale d’Haïti (PNH) Fritz Jean, à titre de Protecteur du Citoyen Adjoint« à un moment où l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) semble vouloir combler des postes, qui auraient dû l’être occupés depuis longtemps » souligne le RNDDH

Le Réseau rappelle que l’actuelle Protectrice Florence Élie, nommée par arrêté présidentiel, le 9 septembre 2009, pour un mandat de 7 ans et souligne que « […] ce n’est qu’aujourd’hui, 2 mois avant l’expiration de son mandat, qu’elle procède à l’installation du Protecteur du Citoyen adjoint ».

Le Réseau précise que l’article 18 de la Loi portant Organisation et Fonctionnement de la Protection du Citoyen, parue dans le moniteur du 20 juillet 2012, stipule, en son aliéna 2 que « Sous réserve de l’article 19, il [le Protecteur du Citoyen adjoint] est nommé par arrêté du Président de la République sur proposition du Protecteur du Citoyen dans les quatre vingt dix (90 jours), qui suivent l’entrée en fonction du Protecteur du Citoyen ».

Aujourd’hui, la politique de remplir à tout prix les postes vacants de l’OPC interpelle le RNDDH « d’autant plus que l’OPC semble croire ne pouvoir trouver de personnalités compétentes que dans les rangs de la PNH [le DG de l’OPC installé il y a 2 mois est un ancien cadre de la Direction de l’Administration Pénitentiaire]. C’est pourquoi, le RNDDH invite l’OPC à la prudence, car à vouloir trop faire avant l’expiration du mandat de l’actuelle Protectrice, l’office risque de se politiser et de perdre ses repères […] »

HL/ HaïtiLibre

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *