101 ans : Ça Suffit !

Par Stephen William Phelps

L’Impérialisme américain mis aux bancs des accusés pour plus de 101 ans d’Ingérence active, d’occupation et de pillage en Haïti. Le Tribunal Populaire devant conduire ce procès historique a été lancé le 28 juillet 2016 à Port-au-Prince par la coalition d’organisations démocratiques, patriotiques et populaires ayant initié le processus et ce en présence d’un certain nombre de sympathisants dont des personnalités et/ou militants de longue date de la Lutte pour l’instauration d’une démocratie réelle en Haïti.

Durant 4 heures d’horloge au gymnasium de la rue Romain, à Port-au-Prince, les initiateurs de ce processus de mobilisation / réflexion sur les causes effectives et conséquences désastreuses de la domination continue des USA sur la République d’Haïti, ont présenté au public les diverses étapes prévues lors du déroulement du procès, les instances en charge et en particulier, la constitution a date de la Cour. Il s’agissait d’une cérémonie à caractère politico-culturelle : les informations partagées par les organisateurs dont le sociologue Ernst Mathurin (l’un des membres de la coordination de l’Initiative) et Lisane André (du comité de communication) étant entrecoupées de témoignages poignants d’acteurs clés et de prestations artistiques de qualité charriant, cela va sans dire, des messages engagés allant dans le sens des revendications populaires et nationales donc, dénonçant / rejetant l’immorale, l’abjecte et l’inacceptable domination / exploitation à outrance d’Haïti par les USA durant plus d’un siècle !

Les témoignages et/ou prises de parole, introduits avec savoir-faire par l’ancienne coordonnatrice du GARR et journaliste Colette Lespinasse qui faisait office de maitre de cérémonie, étaient assez diversifiés. Le public a eu droit à quelques rappels historiques par Pierre Buteau de la Société Haïtienne d’Histoire et de Géographie (qui a par ailleurs contribuée à l’aspect pédagogique de cette cérémonie inaugurale en rendant disponible pour le public présent des reproductions de la série : « Les Chemins de la Mémoire, Haïti sous l’Occupation Militaire Américaine 1915- 1934 » produite par le CIDIHCA sous la houlette de l’équipe de Frantz Voltaire) et par l’historien Jean Eddy Lucien. La sociologue et féministe Danielle Magloire a mis l’accent sur la nécessité pour nous tous de mieux fouiller notre histoire notant que nous savons si peu sur le soldat Pierre Sully et demandant de mieux valoriser la contribution féminine tout en campant le personnage hors du commun dénommé Anne Marie Emmanuelle Peralte, la mère de Charlemagne.

De son côté l’agronome David Nicolas a présenté les démarches entreprises par de jeunes techniciens réunis au GRD (Groupe de Recherche Développement) au début des années 80 pour tenter d’empêcher, dans un premier temps, l’éradication du cheptel porcin paysan et dans un deuxième temps, pour tenter de conserver cette race rustique avec des spécimens sains au niveau d’une porcherie à l’ile de La Tortue ; porcherie qui a été finalement détruite par l’Armée Américaine car les USA ne voulait plus de ces cochons en Haïti ! L’avocat militant, maitre Mario Joseph a présenté le dossier de l’introduction du Choléra par la force militaire d’occupation connu sous le nom de MINUSTAH tout en rappelant au passage les actions de sévices sexuels pratiqués par des agents de cette force militaire sur des enfants en Haïti. Il y a eu aussi un témoignage sur l’accaparement des terres des paysans dans le Plateau Central notamment.

En fait, ce procès devra être participatif et populaire dans l’acceptation noble du terme et se matérialisera en une véritable caravane devant se rendre sur les lieux symboliques où, à travers le territoire national, l’impérialisme américain a injecté son venin mortel, a commis une kyrielle de crimes et exactions de nature diverses en exerçant des vagues de répressions sanglantes : massacres (Croix-Marchaterre ou Jean Rabel) , camp de concentration ( Chabert), expropriations manu militari des terres des paysans (Plateau Central, Nord-Est, Nord-Ouest, Artibonite, Ouest…) accompagnées dans certains cas d’actions de destruction de l’environnement (déboisement), destruction de l’Agriculture Paysanne (notamment avec la campagne d’éradication de 2 millions de porcs créoles par le PEPPADEP puis le démantèlement de la Filière Rizicole surtout au niveau de l’Artibonite au profit des riziculteurs de l’Arkansas….). Autres accusations versées au Dossier : les USA sont indexés pour avoir sciemment conduit à l’affaiblissement de l’Etat Haïtien et des institutions étatiques par les multiples interventions anti démocratiques incluant des appuis a divers renversements de régimes démocratiquement élus par le biais de Coups d’Etat de l’Armée dite d’Haïti fille de la Garde d’Haïti formée par les Marines mais aussi par le biais de la politique néo libérale imposée à partir des années ’80. La liste des exactions commises directement ou soutenues par l’impérialisme américain est très longue et parmi les revendications des organisations impliquées dans ce procès il y a aussi la restitution de l’ile de la Navase accaparée par les USA et la condamnation de l’introduction du choléra en Haïti par la MINUSTAH et la réparation pour les victimes ; cette force militaire de l’ONU étant considérée comme un cheval de Troie au service de l’impérialisme américain et destiné a perpétuer la mainmise a peine maquillée /voilée de l’ « Oncle Sam » sur la petite Haïti qui, même après avoir été si vilipendée par de nombreux détracteurs, déclare , à travers ses citoyens et citoyennes conscients et organisés, vouloir rester digne et se maintenir debout tel le palmiste de la liberté et de l’indépendance .

A la cérémonie de lancement du 28 juillet, les artistes engagés n’étaient pas en restes. Après l’hymne national chanté en chœur, le groupe socio-culturel AWOZAM venu Jean Rabel (département du Nord-ouest) et constitué de membres de l’Organisation Tet Kole Ti Peyizan a ouvert la séance avec ses chansons qui reprennent les principales revendications des petits paysans. AWOZAM a eu aussi le privilège très symbolique de clôturer aussi cet après-midi patriotique. Le chanteur engagé Wooly Saint Louis Jean (?) a ensuite performé tout en profitant pour faire un petit clin d’œil a la Révolution Cubaine en étonnant avec un public complice et ravi quelques couplets de « Comandante Che Guevara » ! Puis ce fut le tour du chanteur Berthony Pierre Louis de communier avec le public tout en lui faisant découvrir une composition inédite produite spécialement pour l’occasion : « Ti Kle Moute, Ti Kle Desann » ! Les militants plus âgés présents (beaucoup ont très largement dépassés la quarantaine) ont découvert aussi avec surprise et satisfaction les revendications de la Jeunesse universitaire et populaire Rebelle à travers la prestation bouillonnante d’énergie du groupe de rappeurs « Règleman Zafè Popilè ».

En final, une présentation partielle de la Composition de la Cour a été faite. Parmi les présents notons entres autres (parmi plus d’une quinzaine de personnalités) : l’infatigable Père William Smarth, le docteur Junot Felix, le juriste Patrick Pierre Louis, le défenseur de droits humains Antonal Mortimé, l’ethnologue et dirigeant de l’UEH Jean Yves Blot….

A noter cependant que plus d’un ont déploré à la fois : la sous-représentation de la gente féminine et la sous-représentation des travailleurs (aussi bien des paysans que des ouvriers) à ce niveau. Les membres de la coordination ont indiqué toutefois qu’il ne s’agit pas d’une composition définitive et se disent ouverts à toutes suggestions et/ou contributions /participation entrant dans la logique et les objectifs du Tribunal Populaire sous référence.

Cette cérémonie de Lancement du Tribunal a été précédée dans la matinée, par une marche patriotique de plusieurs centaines de membres des organisations MPDP/Branche Ouest, MOLEGHAF, UNNOH, MOVID, Anbake Pou Chanje, Esklav Revòlte, LAKOU, GREPS, GRAD qui, parti du quartier populaire du Fort National , ont parcouru plusieurs artères de la capitale haïtienne en scandant des slogans exigeant entres autres : le départ immédiat de la MINUSTAH, Justice et réparation pour les victimes du choléra, l’arrêt des interventions Intempestives de certains diplomates accrédités en Haïti dans les Affaires Haïtiennes, la restitution des réserves d’or de la République d’Haïti volé par les Marines en date du 17 décembre 1914 et la restitution aux autorités haïtiennes de l’ile de la Navase.

A noter que depuis un an déjà, l’année 2015 marquant le centenaire de la première occupation militaire d’Haïti, la flamme nationaliste semble se raviver de plus en plus et a l’occasion diverses associations socio culturelles et socio politiques organisent des activités de commémoration. A titre d’exemple pendant que se déroulait la cérémonie inaugurale du Tribunal Populaire au Gymnasium, le groupe « Inisyativ 15, 15 15, Anba Zanmann » organisait au quartier de Bois Patate, une exposition de photos et un spectacle artistique patriotique avec , entre autres, une prestation de la troupe de théâtre « Palto Vanyan » , la participation du chanteur rasta Guerchang Bastia , du talentueux tambourineur Kebyesou et du marionnettiste Ernst St-Rome pour marquer la date du 28 juillet 1915 et signifier leur Rejet ; leur rejet de l’occupation, leur rejet de l’exploitation des ressources d’Haïti, leur rejet du non-respect de la République d’Haïti par les USA ! 101 ans après et presque contre toute attente, divers secteurs Résistent encore et disent Non au « Plan américain » pour Haïti !!!

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *