Danton/Fabien : Semaine décisive pour le dossier UCREF de Jovenel Moise!

Ucref/Jovenel Moise : Vers une étape décisive cette semaine ! Le rapport du juge d’instruction Fabien au bureau de Léger, depuis vendredi soir. Le chef du Parquet a jusqu’à mercredi (5 jours-francs) pour « son réquisitoire définitif »

Léogâne, dimanche 19 février 2017 ((rezonodwes.com)).- Entre les organisations des carnavals, presque 5 au total, et le choix d’un nouveau Premier-ministre, sur 2 listes de recherches antagonistes à scruter, dans l’entrefaite, le cœur bouillonnant et bruyant de la Nation est suspendu au fil du réquisitoire du Parquet de Port-au-Prince. Aux avocats Danton Léger et Brédy Fabien, il ne reste désormais que 3 jours-francs pour nous laisser définir le maintien du statu quo ou la déviation reprochée des vices et malices de la justice haïtienne, cette femme aux yeux bandés.

Samedi dernier, lors d’un entretien exclusif à Radio Kiskeya, le Commissaire de Gouvernement, Jean Danton Léger, a fait savoir qu’il détient « pour réquisitoire définitif », le rapport du juge d’instruction Brédy Fabien. Selon M. Léger, « le réquisitoire supplétif » étant épuisé, il ne lui reste qu’à se plancher sur un réquisitoire définitif, en fonction de la formule consacrée établie.

Pour Maître Jean Danton Léger, il n’y a pas à sortir de là, « j’ai reçu le rapport vendredi soir, en le feuilletant samedi, il ne me reste donc 5 jours-francs pour mon réquisitoire définitif ». D’autre part, Jovenel Moise, le nouveau locataire du Palais National, vu son inculpation directe dans le dossier de l’Ucref, affirme un juriste du Barreau de Port-au-Prince, contacté par Rezo Nòdwès, en principe, devait recourir à la permission du juge d’instruction avant de laisser le pays mardi dernier pour Guyana. « Comme c’est Haiti, c’est l’exception qui fait la règle » s’est-il lamenté.

Le juge Fabien, en venant en un temps-record, avec la conclusion de son rapport sur le dossier de corruption et de blanchiment d’argent dont Jovenel Moise est soupçonné depuis 2013, n’aurait pas rendu service à la justice haïtienne, si toutefois, il aurait décidé de faire avancer ce dossier dans un sens ou dans l’autre, sans interroger les autres personnes d’intérêt, en particulier Martine Moise, ont commenté des analystes de la situation.

Il est à noter que lors de son réquisitoire supplétif, le chef du Parquet en instance de départ, avait recommandé au moins 4 noms, au juge Fabien, pour audition dans l’affaire. Deux d’entre eux, seraient-ils devenus ‘ »trop puissants » pour venir s’asseoir devant lui ou simplement Maître Fabien aurait sa propre aune pour mesurer la justice, tout comme l’avait si bien fait avec tant d’audace grimaçante un certain Lamarre Bélizaire.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *