Quisqueya-Faculté de Médecine: Intensification du mouvement de grève des étudiants

Les étudiants de la faculté de médecine de l’université Quisqueya qui réclament laboratoire et hôpital universitaire pour effectuer leur stage ont intensifié leur mouvement de protestation. Ce mercredi, les protestataires qui ont investi la cour du campus, ont empêché les cours d’être dispensés.

Une action qui va à l’encontre du règlement de l’université. « Ici, s’il y a de la casse, on va sévir. S’ils (les étudiants) empêchent le personnel, les autres facultés de fonctionner, on va sévir. Les règlements sont ce qu’ils sont », avait expliqué le recteur de l’université, Jacky Lumarque.

Sur les photos qui circulent sur les réseaux sociaux, on voit le recteur qui parle aux étudiants protestataires, tentant de calmer la tension. Mais les étudiants persistent et signent : « nou pa p pran pawol ». Dans une interview accordée à Le Nouvelliste, Jacky Lumarque a précisé que les responsables se sont déjà penchés sur les revendications des étudiants et que des solutions sont envisagées pour venir à bout de cette malencontreuse situation.

Au sujet du laboratoire, le recteur a expliqué que l’université vient tout juste de faire l’acquisition d’un laboratoire de simulation qui coûte 200 000 dollars US. La faculté de médecine de l’université Quisqueya sera la seule à être équipée d’un laboratoire de ce genre dans le pays. Des techniciens canadiens sont déjà en Haïti pour l’installer et pour former les techniciens », a détaillé le recteur. Les solutions sont à portée de main, c’est pour cela qu’il fait appel à la patience des étudiants protestataires.

Pour pallier le problème de stage, les responsables cherchent à faire d’autres conventions hospitalières avec d’autres centres hospitaliers qui ont la capacité de prendre en charge les étudiants en internat. « On nous reproche de ne pas avoir un hôpital universitaire, comme quoi, chaque faculté de médecine devrait être dotée d’un hôpital universitaire. Il n’y a aucune faculté de médecine qui possède un hôpital. Ces deux business diffèrent. Cela peut exister dans un cas ou deux », a argué le professeur Lumarque, qui soutient que le problème de stage est lié aux mouvements de grève des médecins résidents dans les hôpitaux publics.

Par ailleurs, Jacky Lumarque explique que les dirigeants mettent les bouchées doubles en vue de tourner la page rapidement.

Edrid St Juste source le nouvelliste

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *