Bibliothèque de Petit-Goave : Le nom de Dany Laferrière effacé par des militants de FML

De force, des militants de FML effacent le nom de Dany Laferrière de la bibliothèque de Petit-Goave

Petit-Goave, dimanche 10 Septembre.–Un groupe de jeunes, ont effacé,de force, aux environs de 1h pm, ce dimanche 10 septembre, le nom de Dany Laferrière de la bibliothèque de Petit Goave fraîchement reconstruite.

 

 

 

Un journaliste de la région , Guyto Mathieu a écrit « Notre Dany, notre unique académicien, ne mérite pas un tel sort dans sa ville natale ».

Les citoyens ont pu identifier deux responsables du Front Mixte de la libération dans cette action. Il s’agit de l’agronome Robenson Laurent et du professeur Godard Monael. Le PDG de la radio Préférence fm a vertement critiqué le comportement de ces deux membres du FML.

»Je déplore la précipitation des membres du Front Mixte. Ils auraient dû contraindre les autorités à effacer le nom de Dany Laferrière de la bibliothèque au lieu de prendre eux-mêmes l’initiative. Une fois encore ,les gars du Front du Mixte ,en dépit de la justesse de leur revendication ou de leur cause, sont très mal partis. La violation de la constitution ne doit servir de prétexte à personne pour combattre ouvertement un intellectuel qui a fait l’honneur d’Haiti à l’échelle internationale », a déploré Guyto Mathieu.

 

 

Tout a commencé quand les autorités ont décidé de baptiser la Bibliothèque municipale de Petit-Goave et de lui faire porter le nom du célèbre écrivain, natif de Petit-Goave, Dany Laferrière qui a fait le voyage depuis Paris pour participer à l`inauguration devant avoir lieu jeudi dernier.

Mais, au dernier moment, brandissant la constitution, des voix se sont élevées pour condamner cette décision illégale et bloquer la cérémonie.

En effet, l`article 7 de la Constitution de 1987 amendée stipule clairement :

« Le culte de la personnalité est formellement interdit. Les effigies, les noms de personnages vivants ne peuvent figurer sur la monnaie, les timbres, les vignettes. Il en est de même pour les bâtiments publics, les rues et les ouvrages d’art. »

 

 

Malgré leur amour pour Dany Laferriere, les citoyens ont exigé le respect de la constitution, violée sans ménagement par les responsables haïtiens. Par contre, le débat est lancé à Petit-Goave et les gens se demandent si les dirigeants de l`institution (Bibliothèque nationale) ignorent les prescrits de la loi-mère haïtienne.

Delmondo Charlemagne

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *