Fin de la Minustah, la mission de l’ONU en Haïti

Il n’y aura bientôt plus de Casques bleus en Haïti. La Minustah, la mission de l’ONU mise en place lors des troubles politiques en 2004, terminera officiellement son mandat ce dimanche 8 octobre. Elle cèdera la place à la Minujusth, une nouvelle mission des Nations unies mais sans composante militaire. Elle comptera un peu plus de 1 000 policiers internationaux. Jeudi 5 octobre, une cérémonie officielle a eu lieu à Port au Prince pour marquer la fin de la Minustah.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Le drapeau de l’ONU a été descendu et plié. Symboliquement, la Minustah a pris fin et Sandra Honoré, qui a dirigé la mission ces quatre dernières années a exprimé sa satisfaction avec modération.

« Haïti aujourd’hui peut se réjouir dans le cadre plus stable et sécurisé. Il reste encore beaucoup à faire pour qu’Haïti atteigne la stabilité et le développement durable auxquels tous et chacun aspire ».

Une nouvelle mission de l’ONU, la Minujusth, va prendre le relais. Le président haïtien Jovenel Moïse appelle à cette continuité de la coopération internationale, mais sans intermédiaire comme les ONG.

« Puisse la coopération internationale dans cette nouvelle ère continuer à accompagner la vie publique d’Haïti directement à travers ses institutions républicaines, afin d’éliminer le choléra et atteindre à l’horizon 2030 les objectifs du développement durable ».

A la tribune, Jovenel Moïse a été bref. Il n’a fait que prononcer le nom de l’épidémie causée par des Casques bleus népalais. Pas un mot donc, pour les plus de 10 000 Haïtiens tués par le choléra. Rien non plus à l’attention des victimes de crimes sexuels commis par des membres de la Minustah.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *