Moïse Jean Charles : entre haine partisane et sympathie populaire

Parfois, il n’y a que l’histoire qui puisse réhabiliter certaines gens et les rendre à leur juste valeur. Ces derniers jours, Lesly François Saint Roc Manigat en est la preuve par quatre.

Bref, on n’est pas obligé d’être compris et apprécié tout de suite, même s’il faut avoir énormément de courage pour continuer à être le mal aimé de ceux et celles pour qui on prend parti, certaines fois au péril même de sa propre vie…

Qu’ils meurent jeunes ou vivent longuement, des hommes comme Moïse Jean Charles, capables de sacrifier beaucoup au nonm d’une cause humainement noble, appartiennent à l’histoire et à la postérité.

Lors de son allocution au banquet de son Prix Nobel de littérature en 1960, Saint John Perse -mon amour après René Philoctète- a dit, à juste titre « c’est déjà […] d’être la mauvaise conscience de son temps »…

Lion De Juda

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *