Les 42 millions de dollars de l’aéroport retrouvés

 

Accueil | Nouvelles | Haiti |

Les 42 millions de dollars de l’aéroport retrouvés
Si Le commi du gouvernement a tenté de chercher où se trouvait les 42, 534,450.00 de dollars pour l’expansion de l’aéroport Toussaint Louverture, la China National Automation Control System Corp qui a l’argent avait écrit à toutes les autorités de l’administration Moïse-Lafontant pour parler de l’argent. Sans succès.

Après avoir signer le contrat sous la présidence de Michel Martelly, Haïti a avancé 42, 534,450.00 de dollars pour l’expansion de l’aéroport Toussaint Louverture à la China National Automation Control System Corp. L’État haïtien, après avoir fait le décaissement de ce montant sous l’administration du président Privert, a fait marche arrière face aux pressions de bailleurs de fonds pour qui le prêt chinois est non concessionnel et peu aventageux pour Haïti.

Entre avril et mai 2017, la firme chinoise, disposée à renégocier des clauses financières du contrat de prêt à Haïti a écrit au ministre des Finances Alix Patrick Salomon, à celui des TPTC, Fritz Caillot, à Jean Walnard Doneval, conseillé du président Jovenel Moïse pour qu’une décision soit prise dans le cadre du dossier de l’aéroport. Ces informations ne sont pas rendues publiques. Il y a plus d’un mois, le dossier de l’aéroport gonflé de suspicion refait la une de l’actualité à la demande du député Alfredo Antoine qui avait appelé le commissaire du gouvernement, Clamé OCname Daméus, à enquêter. L’ex-ministre de l’Économie et des Finances Yves Romain Bastien, entre-temps, est indexé, frappé d’interdiction de départ, auditionné et maintenant libre de ses mouvements dans cette affaire il y a un au mieux rétention d’information, au pire volonté de nuire, sans que l’on ne sache ce que l’État haïtien entend faire de cet argent gelé.

Pendant plusieurs heures, le lundi 13 novembre 2017, l’ex-ministre de l’Economie et des Finances, Yves Romain Bastien, a été entendu au parquet de Port-au-Prince. « C’est sur le dossier de l’aéroport. J’avais décidé de répondre à la convocation », a confié l’ex-ministre au journal en fin d’après-midi. Peu après, en début de soirée, dans un communiqué authentifié pour le journal par Me Ocname Clamé Daméus, on peut lire que « le parquet informe le public en général et les justiciables en particulier que le commissaire du gouvernement vient tout juste d’auditionner M. Yves Romain Bastien, l’ex-ministre de l’Economie et des Finances de l’administration Privert-Jean-Charles ».

« Cette audition s’inscrit dans le cadre d’une enquête ouverte et suivie par le parquet de Port-au-Prince sur le décaissement d’un montant de 43.402 500 $ USD pour la réalisation des travaux de réhabilitation et d’agrandissement de l’aéroport international Toussaint Louverture. En dépit du versement de ces fonds publics depuis le mois de mai 2016, aucune réalisation de travaux n’a eu lieu. Le commissaire du gouvernement exige l’explication des acteurs impliqués dans cette affaire », indique le communiqué de presse. L’ex-ministre Yves Romain Bastien doit rester à la disposition de la justice. D’autres personnes devront être interrogées dans le cadre de ce dossier, a indiqué le chef du parquet de la capitale, Me Clamé Ocname Daméus, lundi soir. Jeudi, le parquet a levé la mesure d’interdiction de départ contre l’ex-ministre de l’Economie et des Finances dans le cadre du dossier de l’aéroport. L’affaire s’était très vite emballée après l’intervention du député de Kenskoff Alfredo Antoine qui avait appelé à une enquête du parquet.

Si le chef du parquet, dans le communiqué du 13 novembre, exige des informations, le journal a pris connaissance d’une lettre datée du 24 avril 2017, reçue au ministère de l’Economie et des Finances le 25 avril, adressée aux ministres de l’Economie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon, des TPTC, Fritz Caillot, par Liu Gang, le secrétaire du Parti communiste et vice-président de la China National Automation Control System Corp. Dans cette correspondance, Liu Gang a indiqué « qu’en mai 2016, nous avons reçu le paiement contractuel versé par le MEF, la somme de 42, 534, 450.00 de dollars équivalnt le paiement anticipé (qui coûate 15 % du prix contractuel) avec la déduction avec la retenue à la source de 2 %. Actuellement, le paiement anticipé est dans le compte bancaire de notre compagnie créé spécialement pour le projet de l’aéroport afin d’assurer que le paiement anticipé soit utilisé exclusivement pour les dépenses liées au projet de l’aéroport. Sur la base d’une bonne perspective du projet, nous avons fait beaucoup de travaux préparatoires. La signature et l’entrée en vigueur de l’accord de prêt dans des conditions primordiales pour le bon lancement des travaux », lit-on dans cette lettre.

« Nous avons été informés par le ministre des Finances du précédent gouvernement que l’approbation de l’accord de prêt a été mis en veilleuse en raison des contraintes imposées par des engagements antérieurement pris envers des bailleurs de fonds internationaux. Nous sommes toutefois disposés à venir discuter avec vous de ces contraintes et des arrangements possibles permettant de les lever, sans qu’aucune des parties se retrouve lésée », selon la lettre. « Nous sommes conscient que le gel depuis près d’une année de l’avance de démarrage de plus de 42 millions de dollars doit représenter une charge additionnelle pour votre pays qui fait déjà face à des difficultés, autres que financières. Aussi, nous nous engageons, une fois toutes les conditions réunies, à travailler sans relâche, jour et nuit, pour livrer dans les délais, un aéroport moderne, qui contribuera à projeter l’image d’une Haïti résolument ouverte aux investissements étrangers. Dans l’attente de votre réponse, nous vous renouvelons, Messieurs les ministres, l’assurance de notre haute considération et de notre parfaite collaboration », lit-on dans cette lettre.

Cette lettre qui fait la genèse de l’opération indique « qu’au cours du mois de mai 2016, le ministère de l’Économie et des Finances d’Haïti(MEF), sur requête de l’Autorité aéroportuaire nationale (AAN), approuvée par le ministère des Travaux publics, Transports et Communication, a versé à notre compagnie, la somme de 42, 534,450.00 dollars, au titre de la contribution contractuelle de l’État haïtien à l’exécution du projet de réhabilitation et d’agrandissement de l’aéroport Toussaint Louverture de Port-au-Prince ».

« Pour rappel, en date du 10 août 2015, l’État haïtien, représenté par son ministre des Travaux publics, Transports et Communication (MTPTC) et le directeur général de l’Autorité aéroportuaire, a signé avec notre compagnie la China national automation control system corp (CACS), un contrat pour l’exécution, clé en main, du projet expansion et réhabilitation de l’aéroport international Toussaint Louverture. Après avoir reçu la non-objection de la commission nationale de passation de marchés publics (CNMP), ce contrat a été approuvé par la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) le 30 octobre 2015. A date, toutes les conditions pour l’entrée en vigueur de l’accord (signature de la convention, approbation du contrat par la CSC/CA, la réception de l’avance de démarrage sont remplies, sauf celle relative à la signature et l’entrée en vigueur de l’accord de prêt, remis pour discussions aux autorités haïtiennes depuis le mois d’août 2016 », lit dans cette lettre dont une copie conforme a été acheminée à Irving Mehu, directeur de l’AAN, interrogé au parlementaire sur ce dossier.

Alors que cette affaire d’aéroport rebondissait dans la presse, sans que les informations dans la lettre du 24 avril soient communiquées par le ministre des Finances, Jude Alix Patrick Salomon et le ministre des TPTC, Fritz Caillot, pour éclairer la lanterne de l’opinion, des parlementaires et de la justice, d’autres hautes autorités haïtiennes étaient en contact avec des responsables de China National Automation System Corp. Le 31 mai 2017, plusieurs mois avant que Yves Bastien ne soit dans le collimateur du parquet de la capitale, cette firme chinoise, par l’entremise de Liu Gang, dans une correspondance datée du 31 mai 2017 à Jean Walnard Dorneval, conseiller spécial du président de la République, indique avoir accueilli le président du Sénat qui a « renouvelé la confiance du président de la République et sa volonté d’approfondir la coopération entre les entreprises de nos deux pays ».

La China National Automation control system Corp a souhaité porter à l’agenda des négociations, des discussions : la possibilité d’une garantie de liquidité que la Banque de la République d’Haïti fournira à l’AAN en remplacement de la garantie souveraine ; les principaux commentaires sur l’accord de prêts et des conditions, une rencontre avec des responsables de l’AAN et des cadres haïtiens ayant collaboré à la préparation du projet pour une mise à jour sur la situation actuelle de l’aéroport, les autres projets de coopération proposés par le gouvernement haïtien. Le journal n’a pas encore contacté Jean Walnard Dorneval pour savoir s’il a effectivement reçu la lettre du 31 mai 2017 et y donné suite.

Le journal, en revanche, avec beaucoup d’insistance, a tenté sans succès de rentrer en contact avec les ministres des TPTC, Fritz Caillot, et le ministre de l’Economie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon, afin de savoir si ils ont reçu la lettre et quelles dispositions l’Etat envisage de prendre dans ce dossier et le gel de 42 millions de dollars américains, un luxe pour un pays pauvre. Les appels et les messages du journal restent lettres mortes.

Source le nouvelliste

 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *