Explications critiquées du CSPN à propos des incidents de Grand Ravine

La commission Justice, Sécurité et Défense Nationale du Sénat a auditionné les membres du Conseil Supérieur de la Police Nationale d’Haïti (CSPN) ce lundi 20 novembre 2017. Plusieurs points inscrits dans l’ordre du jour n’ont pas été soulevés, car les incidents survenus à Grand Ravine étaient au cœur de cette réunion de travail.

L’opération menée par la Police Nationale d’Haïti à Grand Ravine a généré beaucoup d’agitations depuis ces derniers jours. Ladite opération s’est soldée, officiellement, par plus d’une dizaine de morts, dont 2 policiers. A ce sujet, des explications pas trop claires ont été données au moment de l’audition au sénat, de l’avis de Me Jean Renel Senatus, le président de la commission au Sénat, pour qui, l’intervention du CSPN contient beaucoup de failles.

« Bien qu’il y ait des informations qui ne peuvent pas être révélées pour ne pas empiéter sur l’enquête, j’admets qu’il y a des flous dans l’intervention du CSPN », a lâché le sénateur.

Pour sa part, le sénateur Ronald Larêche, autre membre de la commission, estime que ce qui est arrivé à Grand Ravine permet de remarquer l’existence d’un désordre total dans la hiérarchie de l’institution policière avec d’un côté la Direction Départementale de l’Ouest et la Direction Centrale de la Police Administrative, et de l’autre côté la Direction Générale.

Les déclarations de Michel-Ange Gédéon, directeur général de la PNH permettent à peine de mieux comprendre la situation. À un certain moment, il aurait vainement tenté de suspendre l’opération. Michel-Ange Gédéon condamne toutefois les incidents et présente ses sympathies aux familles des victimes.

Par ailleurs, M. Gédéon croit que l’enquête en rapport avec ces incidents commence à faciliter l’appréhension de la situation jusque-là. Des mesures appropriées seront prises prochainement au sein de la PNH en guise de réponse.

Le chef du CSPN, le Premier ministre Jack Guy Lafontant soutient pour sa part que les opérations sur le terrain ne relèvent pas de la responsabilité du CSPN qui se préoccupe de préférence des stratégies de la PNH. Toute l’opération a été planifiée par les responsables de la direction départementale de l’Ouest d’après ses propos.

Le premier ministre promet qu’après l’enquête, les coupables ne resteront pas impunis. Il n’y aura pas de situation d’ « enquête se poursuit » pour cette fois selon ses dires.

Rode Louis Azer Chery

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *